OM ou AUM

Non classé

AÖM, LA CREATION DU TOUT

Une seule syllabe et tout est dit. OM est le mantra originel, le Pranava Mantra – mantra du Prâna. Il est le son qui s’évanouit à travers un souffle, la vibration vitale par excellence.

Om, souvent écrit aussi AUM, est considéré, dans l’hindouisme dont il est issu, comme le son originel, à partir duquel l’univers cosmique s’est matérialisé. Il s’inscrit donc dans la culture védique, on le retrouve dans les textes sacrés les Upanishads.

Symbole fort, on le retrouve dans toutes les courants culturels qui se sont inspirées de l’hindouisme ancien comme le brahmanisme, le jaïnisme, le tantrisme, mais aussi chez les Sikhs, les bouddhistes, on le retrouve chez les tibétains, et même chez les chinois, où il est prononcé ân et chez les japonais ômu. Certains vont même à dire que le latin amen en serait un dérivé et ainsi pourrait se traduire par « ainsi soit-il ».

ECRITURE

Fait étonnant, la plupart des gens savent comment s’écrit AUM. En voici l’une des interprétation, elles sont nombreuses, déclinées pour certaines au symbole des différents éléments.

La version la plus connue étant A, l’état d’éveil, U, l’état du sommeil et M, l’état du rêve, surmontés de la virgule symbole d’illusion et le point la vérité absolue – le bindu, point qu’on retrouve sur le milieu du front, le troisième oeil. 

PRONONCIATION

Pour la prononciation, il y a deux façons de dire cette syllabe. La plus commune, et pour les puristes du sanskrit la « mauvaise », on le prononcera en deux sons : (ô)(m). Pour les « initiés » on prononce en trois sons distincts : (â)(ô)(m). Cette phonétique pourrait trouver naissance dans l’écriture admise de AUM.

AUM est une symbolique hindouiste, car en effet il représente la trinité divine du panthéon hindou :
A représente la création à travers le dieu créateur Vishnu.
U représente la permanence à travers le dieu Brahma
M représente la destructeur à travers le dieu Shiva.

On retrouve dans ce AUM toutes les unions des trinités symboliques : corps/esprit/âme, passé/présent/futur, … Selon les courants culturels et religieux qui l’ont accepté, Om a bien sûr d’autres symboliques et interprétations.

Cette prononciation a son importance. En effet, si vous parler une des 36 langues indiennes actuelles issues du sanskrit (hindi, marathi, ou ourdou) vous saurez que chaque lettre se prononce de deux façons : en fond de gorge, en tapant sur palais ou alors en avant de bouche, en tapant sur les dents ou en labial. 

AUM se prononce ainsi en trois temps : d’abord le A qui débute dans gorge sur les cordes vocales, puis le U ou O qui remonte sur la glotte et sur le palais et enfin le M  qui vient vibrer sur les lèvres et en nasal.

Le tout est lié, dans un souffle d’expiration. La vibration du fond est une forme réelle de la vie même du prâna. Cette résonance dans la cavité buccale et nasale a même un effet bénéfique, qui associé au souffle, a un effet sur votre système hormonale (vibrations sur les glandes sous-linguales – thyroïde et parathyroïde- et et sur les glandes au niveau du front, sous le cerveau – épiphyse et hypophyse-).

C’est la vibration première et divine de l’Univers. Essayez-le les yeux fermées sur une respiration mesurée. Vous comprendrez alors très vite la stupidité de prononcer OM comme on lance une pierre dans l’eau.

LE MANTRA

Réciter un mantra, c’est en quelque sorte assumer le spirituel pour avancer dans la pratique. Comme la prière, il est issu de cette mythologie de l’incantation, de la formule magique, de cette force du verbe dit à voix haute.

En sanskrit, le mot mantra se traduit par arme ou outil de l’esprit (manas-) et protection (-tra), d’où la définition usuelle de protection de l’esprit. Le mantra a pour objectif de canaliser le mental, ses vertus conjuguées à l’intention et à la concentration du récitant, sont très bénéfiques.

Le mantra est basé sur le pouvoir du son. C’est par sa vibration et par sa résonance que le son transforme son environnement, ainsi que la personne qui le récite. Comme le mantra est répété de nombreuses fois afin de produire un effet, il introduit donc la notion de cycle et de répétition.

Par ailleurs, la justesse de la prononciation du mantra a aussi une grande importante. Il est donc important de le maîtriser avant de le pratiquer. Il peut se lire à haute voix sur un ton neutre, mais aussi de façon mélodieuse.

Bien que les mantras sont liés à l’hindouisme et au bouddhisme, et donc en sanskrit, il vous est tout à fait possible de prendre des textes en français ou dans une langue de votre choix. Cependant une langue, comme le sanskrit, à la fois ancienne et à la sonorité particulière peut vous apporter cette sensation, cette impression de réciter une incantation, bien plus forte que si c’était avec votre langue maternelle.

De par le monde, les méditants et les yogis récitent ces mantras – il est aussi beau et symbolique, de voir que des êtres aux nationalités et aux cultures différentes peuvent, sans même se connaître, réciter un mantra qui leur ai pourtant familier. Peut-être que quand vous allez réciter votre mantra, au même moment, à l’autre bout du monde, un autre être humain récitera lui aussi ces mots.

On est alors dans l’essence même de la méditation : le travail de l’intime sur soi en harmonie avec les autres.

C’est une façon, d’un point de vue spirituelle, de se rapprocher des autres. Je prendrais pour exemple ce mantra : Om Shanti, shanti, shanti – shanti signifiant la paix – qui est un mantra à lui seul, et qu’on retrouve aussi dans certains mantras plus longs : ce mantra est un intime souhait, un viscéral désir de paix et de bonheur. Si le mot shanti est répété trois fois, c’est pour une bonne raison : le premier est pour soi, le second pour les gens que l’on connaît, des proches aux simples connaissances, et le dernier est pour les autres, tous ces individus qui sont le reste de l’humanité, avec qui nous sommes reliés, sans pour autant les côtoyer.

PRATIQUE DU MANTRA

Le mantra peut être utilisé de deux façons :

– comme support à la méditation, dit à voix haute, en leitmotiv, répété en boucle, pour arriver à une logorrhée ensuite de plus en plus sourde et voir à la fin totalement mental, la bouche fermée

– juste comme une introduction à la méditation, afin d’ouvrir le rite méditatif, appelant la concentration et le regard intérieur vers soi, comme au début d’une séance de yoga

Le mantra peut être récité ou chanté, dit une seule fois ou répété. Dans un concept de répétition, il se fait souvent avec un chapelet en main, le pouce comptant chaque graine du chapelet, qui sont au nombres de 108 chez les hindouistes.

Quelques exemples de mantras

Voici donc quelques mantras, deux courts et trois plus longs. Pour la traduction AUM sera ici traduit par « ô gloire à » Vous pouvez les lire à voix haute choisir celui ou ceux que vous préférez et vous les appropriez :

  • Le mantra de la paix :

    Aom Shanti Shanti Shanti Aom

traduisible par : Ô gloire à la Paix, à la Paix, à la Paix

  • Le mantra du lotus :Aom mani padmé hum

traduisible par : Ô gloire au joyau du lotus

  • Les mantras des chakras :

Voici les sons – des monosyllabes appelées bijas – qui entraînent des résonances profondes sur les chakras. Il en existe pour les six chakras partant du périnée jusqu’au front, il n’en existe pas pour le chakra au sommet de la tête. Récitation du bija va de paire avec la visualisation au point correspondant dans le corps. Ils peuvent être prononcés individuellement en répétition pour travailler sur un chakra précis, ou sur l’élément auquel il est rattaché :

LAM chakra racine, périnée – Muladhara, élément terre

VAM chakra sacral, sacrum/nombril – Swadisthana, élément eau

RAM chakra ventral, estomac – Manipura, élément feu

YAM chakra cardiaque, cœur – Anahata, élement air

HAM chakra laryngé, gorge – Vishuddha, élement éther

AOM chakra frontal, front – Ajna, les cinq éléments ici, Aum étant relié à tout l’Univers et donc à tous les éléments.

Ses bijas peuvent se réciter de deux façons :

LAM VAM RAM YAM HAM AOM : pour élever les vibrations de la force spirituelle individuelle vers la force spirituelle universelle.

AOM HAM YAM RAM VAM LAM : pour attirer à soi les vibrations de la force spirituelle universelle vers la force spirituelle individuelle.

  • Le mantra Asato Maa, qui vient des Upanishads :

Asatoma sat gamaya
Tamaso ma jyotirgamaya
Mrityor Maa Amritamgamaya

Traduisible par :

Conduis-moi de l’irréel vers le réel
Conduis-moi de l’ombre vers la lumière
Conduis-moi de la mort à l’immortalité.

Il est parfois conclu par l’ajout de : Om Shanti Shanti Shanti.

  • Le Gayatri mantra, qui vient du Rig-Véda :

Om bhūr bhuvah svah
Tát savitúrvárényam
Bhárgo dévásya dhīmahi
Dhíyo yó nah prachodáyāt

Traduisible par

Om, Cieux, Terre et Eau
Que l’excellent Soleil
Brillant, divin et pieux
Nous aide à méditer sur nos intellects galopants.

CONCLUSION

Vous pouvez bien sûr vous mettre en quête d’autres mantras. Pour les mélodies, vous en trouverez aussi à travers des artistes comme Deva Premal, Snatam Kaur, Dona De Lory, Tina Turner, et bien sûr également de nombreux artistes indiens comme Ravi Shankar.

Récitez, chantez, … trouvez la paix, quitte à faire tomber la pluie ! D’ailleurs en Inde on chante dans l’espoir que la pluie vienne justement pour les récoltes, il est marrant de voir que le concept cause à effet, chant-pluie, soit le même en Orient et en Occident, mais avec une connotation totalement opposée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s