SWARA YOGA – Chapitre I

Non classé

Chapitre 1 – Respirez !

Préambule

Respirer est la base de la vie. Vous respirez vingt-quatre heures sur vingt-quatre, jour et nuit, conscient ou non de votre souffle. Vous pouvez survivre à un manque d’eau ou de nourriture, de lumière ou de contact humain pendant quelques heures, jours – vous ne survivrez pas à l’absence d’oxygène au bout de quelques minutes.

En ça, l’air et plus exactement, le Prana, le souffle et l’énergie vitale est le trésor le plus précieux de tout être vivant. On dit souvent que l’être humain né et vit seul, et pourtant à travers la conception du Yoga, le souffle est le plus intime camarade de vie de chacun d’entre nous, ce Prana subtil étant l’essence d’existence avec laquelle nous venons au monde et avec laquelle nous repartons quand nous quittons ce monde – une énergie, véhicule de l’Atmân, l’âme.

Respirer est donc vital, et la façon dont vous respirez présage la façon dont vous vivez et vivrez. Dans beaucoup de cultures en Asie – yoga, hindouisme ou bouddhisme – on ne compte pas sa vie en nombre d’années mais en nombre de respirations. Ainsi plus votre respiration est longue et tranquille, plus vous avancez dans le temps en étant considéré comme plus « jeune » que quelqu’un qui respirerait plus rapidement que vous.

Respirer lentement pour vieillir mieux, moins vite – cela peut paraître fantasque et pourtant la médecine moderne nous démontre aujourd’hui qu’une respiration rapide ou saccadée, souvent due au stress, à la nervosité, endommage plus rapidement le système cardiovasculaire, et peut même entrainer des problèmes d’ordres mentaux (burn out, dépression, coups de folie, …). Ce n’est pas la seule évidence prônée depuis des millénaires par la culture du yoga démontrée et expliquée aujourd’hui par la science moderne occidentale – le Swara Yoga en est la preuve.

Bases de la Respiration

Respirer est le fait d’inspirer et d’expirer de l’air avec les poumons par le biais du nez ou de la bouche. On différencie trois stades possibles :

– l’inspiration, l’aide rentre dans les poumons : puraka
– l’expiration, l’air sort des poumons : rechaka
– la rétention, respiration bloquée : kumbhaka
   rétention poumons plein d’air : puraka kumbhaka
   rétention poumons complètement vide : rechaka kumbhaka

 

Voici un exercice que vous pouvez pratiquer sans risque quotidiennement. Il est simple et peut être fait n’importe où, n’importe quand – il est conseillé de le pratiquer aussi sur un moment de stress et/ou d’anxiété pour les diminuer. Il permet de travailler sur la capacité thoracique (il est d’ailleurs utilisé dans la préparation des plongeurs en apnée professionnels) et comme une gymnastique pulmonaire, il permettra le ralentissement de votre respiration. Son principal bienfait est de ré-oxygéner le sang et les organes – ainsi de façon naturelle, proche de l’oxygénothérapie, vous pourrez éliminer plus de toxines (plus d’oxygène absorbé et donc plus de gaz carbonique chargé de nos déchets rejeté), de « booster » nos organes et ainsi de gagner en vitalité, mémoire, concentration, et de freiner des processus malins dans le corps comme le  vieillissement, le développement des cellules cancéreuses ou encore les effets secondaires de certains médicaments. 

Premier Exercice – Respiration progressive

Exercice en trois temps (Inspiration – puraka / Rétention poumons plein – puraka kumbhaka / Expiration – rechaka ) en prenant 3 secondes sur chacune de ces trois étapes, puis passez à 4 secondes, puis 5, 6, 7, 8 et voir 9.

Plus tard, à force de pratique, vous pourrez passer sur un rythme qui est la base des pranayamas où rechaka (l’expiration) est toujours le double de puraka (l’inspiration), tandis que puraka kumbhaka (la rétention poumons plein) est égal à puraka (inspiration) dans un premier temps, puis vous passerez à puraka kumbhaka (la rétention poumons plein) est égal à rechaka (expiration) dans un second temps, et avec une pratique plus avancée, puraka kumbhaka peut être le double de puraka, voir rechaka.

 

Exemples :

 

Inspiration Rétention Expiration
Débutant
Pour 3 3 3 3
Pour 6 6 6 6
 

Avancé

Pour 3 3 3 6
Pour 6 6 6 12
 

Très expérimenté

Pour 3 3 6 voir 12 6
Pour 6 6 12 voir 24 12

 

Pour conclure

Tout comme l’équilibre du corps, sur lequel nous travaillons à travers les postures (asanas) du yoga, la respiration a toujours été considérée comme une faculté innée. Depuis notre enfance, on nous apprend à parler, à tenir une fourchette, à boire et manger – mais jamais à respirer. Personne ne nous apprend à respirer de façon qualitative. Ainsi celui ou celle qui respire mal, le fera de cette façon toute sa vie. Il nous faut donc reconsidérer notre respiration. Nous le savons aujourd’hui le rapport de notre santé à la façon dont les flux d’air entrent et sortent dans notre corps est important. Tentez donc de prendre conscience de votre respiration.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s